Dieu ne punit pas, il reprend la main

 

Beaucoup de chrétiens se posent la question, et on me l’a adressée : le coronavirus est-il une punition de Dieu ? La réponse est évidente : c’est non, trois fois non ! Nous ne sommes plus dans l’ancienne alliance et au temps des plaies d’Egypte. Par la croix et la résurrection Dieu a accordé le pardon et sa grâce à tous les vivants. Il ne punit plus nos désobéissances, le Christ ayant donné sa vie pour cela. Mais il ne se lasse pas de nous parler pour nous ramener à Lui et nous offrir toujours à nouveau son amour indéfectible, marque de son Royaume.

 

Car le cœur du message du Christ, dès le début de son ministère, a été : « Repentez-vous car le Royaume de Dieu est proche ». On n’aime pas parler aujourd’hui de repentance et de conversion. Mais on peut traduire autrement : « Changez de comportement (de vision, de compréhension, etc…) car je désire que vous puissiez accueillir cette grâce qui vous offerte ». A travers cette pandémie Dieu nous invite à considérer les désordres du monde (surconsommation, mondialisation, réchauffement climatique, guerres et violences) et à y remédier. C’est le sens de la parole de Jésus (Luc 13 : 1-5) : « si vous ne changez pas de comportement, vous mourrez comme eux ». Ce n’est pas Dieu qui envoie la maladie ou la mort, c’est nous qui nous mettons dans une telle situation, par nos désordres à l’échelle de la planète.

 

Un psychiatre italien a écrit : « Je crois que le cosmos a sa façon de rééquilibrer les choses et ses lois, quand celles-ci viennent à être trop bouleversées ». La nature n’en peut plus, elle réagit et cela doit nous interpeller. Il est piquant de constater que ce que n’ont pas pu réaliser toutes les COP21, le coronavirus est en train d’y remédier : il n’y a jamais eu aussi peu d’émanations de CO2 que depuis le début de cette crise ! Le coronavirus vient au secours du réchauffement climatique !

 

Si le cosmos tend à « rééquilibrer les choses », c’est que son Créateur tient les choses en main, et, parfois à nos dépens. Il ne punit pas, il reprend la main. Et nous sommes invités à toujours plus compter sur sa grâce et son amour pour nous.

 

Etienne Roulet, pasteur.