Vendredi 15 décembre 2017

«Etre revêtu», «être couvert» (Esaïe 61,10-11)


Lire le texte

Image vétérotestamentaire de l'imputation de la justice qui est au cœur de la compréhension de l'alliance. Celui qui est arrivé à la conclusion qu'aucun de ses efforts ne peut lui octroyer le salut, qu'il se repente et en appelle à la miséricorde de Dieu, le Seigneur le couvre de sa justice, comme le fils perdu et retrouvé recouvert de la plus belle robe et recevant l'anneau de la liberté au doigt. N'est-ce pas le symbole d'une union indestructible avec Dieu, telle qu'elle est affirmée par l'apôtre Paul dans sa lettre aux Romains (ch. 8,33-39)? Le peuple de Dieu s'était éloigné de son Seigneur et il a découvert le gouffre qui s'est creusé entre lui et son Dieu. Juda a tourné son regard vers Dieu et a crié vers lui en reconnaissant son ingratitude envers celui qui l'a mille fois sorti des situations difficiles. Dieu l'a écouté et la relation est à reconstruire. Mais, d'ores et déjà, Dieu a donné des gages d'une relation solide en rétablissant son peuple dans la proximité de son intimité et en relevant sa dignité au milieu de tous les peuples. Nous sommes-nous éloignés de Dieu d'une manière ou d'une autre? Lui, Dieu, se fait proche. Saisissons sa main qui promet de nous rétablir dans notre dignité de filles et fils. Puissions-nous nous confier en Dieu, lui qui nous invite à nous asseoir à la table de la réconciliation.

Roger Puati

Prière: Père de miséricorde, je ne sais pas prier. Reconnaître combien je me suis éloigné de toi m'est difficile. Quels mots utiliser, quelle formule employer? Seigneur, regarde dans la pauvreté de ma prière, la sincérité de mon cœur, car je suis à toi.  

Référence biblique : Esaïe 61, 10 - 11

Commentaire du 16.12.2017
Commentaire du 14.12.2017