IMG_0036L’Église de Baulmes, un site clunisien

Notre région éclésiale (région Joux-Orbe) possède trois sites clunisiens recensés.

  • L’abbatiale de Romainmôtier est très directement liée à Cluny. Au début du Xe siècle, l’actuelle Suisse romande faisait partie du Royaume de Bourgogne. C’est Adélaïde, soeur du roi Rodolphe 1er, qui confia le monastère à Cluny en 928. Il sera reconstruit à l’image de Cluny II. En 1995, Romainmôtier adhère à la Fédération des sites clunisiens.
  • L’église de Montcherand, connue pour ses peintures murales les plus anciennes de Suisse romande, en fait partie depuis 2005. Construite probablement au Xe siècle, l’église est placée sous la dépendance du prieuré de Baulmes, qui est lui-même confié à l’abbaye de Payerne. Or le couvent de Payerne, possession de la famille royale de Bourgogne, est donné à Cluny au milieu du Xe siècle.
  • L’église de Baulmes, intégrée au réseau de Cluny par Payerne comme on vient de le mentionner, appartient à la Fédération des sites clunisiens depuis 2006.
    Les historiens estiment aujourd’hui que le réseau des dépendances de Cluny regroupait un millier d’abbayes et de prieurés à son apogée, soit au milieu du XXe siècle. On retrouve ces sites dans toute l’Europe occidentale: France, Espagne, Italie, Suisse, Allemagne, Grande-Bretagne, Portugal, Belgique.
    La Fédération des sites clunisiens compte actuellement plus de cent sites.
    (Albin Berruex, Cahier Joux-Orbe, « bonne nouvelle », juin 2007, p.1 et 2.)

 

L’église de Baulmes qui domine le bourg est mentionné dès 1228 sous le nom de « Saint-Pierre ».
En 1294, l’abbé de Cluny relie la maison de Saint-Michel de Baulmes au couvent de Payerne par une union perpétuelle.
En 1369, Henri de Sivriez est nommé prieur de Baulmes et de Payerne avant de devenir le prieur de Romainmôtier.
En 1536, Berne occupe le Pays de Vaud et supprime le prieuré.
Le 3 janvier 1537, le culte protestant est imposé.
L’église sera profondément transformée en 1821 et en 1870.
Seul le clocher avec ses fenêtres gothiques et l’arc en ogive garde les traces de la première église.cluny_logo
On ne sait pas où se situait exactement le prieuré.
Sources: « Itinéraire clunisien de la Bourgogne transjurane », 2006, Fédération des Sites Clunisiens.